Migreurop, sous la direction d’Olivier Clochard
Armand Colin, Paris, 2009, 144 p.

Cet atlas publié par le réseau Migreurop, qui rassemble de part et d’autre de la Méditerranée centres de recherches, associations et militants, dont l’objectif est de faire connaître et dénoncer les dispositifs de mise à l’écart des migrants par les politiques européennes, permet d’appréhender une problématique complexe à plusieurs échelles, donnant ainsi à voir des réalités peu connues du grand public.
De fait, l’Union européenne compte aujourd’hui près de 78 000 kilomètres de frontières, chiffre qu’il faut doubler si l’on y ajoute les limites internes des États membres. Depuis le milieu des années 1980, les États européens n’ont cessé de renforcer les contrôles à ces frontières, ainsi que dans les pays d’où partent et par lesquels transitent les migrants. Pour comprendre l’évolution de ces politiques migratoires européennes et leurs conséquences, l’ouvrage se compose de quatre grandes parties : la difficile mondialisation des flux migratoires ; les contrôles des migrations internationales ; l’enfermement au cœur des politiques européennes d’asile et d’immigration ; et les conséquences de ces politiques, notamment la remise en cause des droits fondamentaux. Chacun des trente-six thèmes analysés dans ces parties, tels la politique européenne des visas, Frontex, les camps de transit, le coût des expulsions, la migration tchétchène, irakienne, ou les sans-papiers, est présenté en trois pages didactiques et illustrées de cartes, graphiques et photos qui permettent de mettre en avant les différentes dimensions de la problématique de la migration. Volontairement engagé, cet atlas rassemble des informations d’une réalité difficile à saisir du fait de l’échelle géographique du phénomène, mais aussi souvent d’une volonté de dissimulation des gouvernements européens.